Accueil du site Aquitaine

Plaidoyer pour la jeunesse en difficulté. L’urgence d’agir

Publié le lundi 12 décembre 2011, par Isabelle



Cet ouvrage, à l’attention des candidats aux élections présidentielle et législatives, dévoile plusieurs propositions concrètes pour la jeunesse en difficulté.
« Des solutions existent, nous en sommes convaincus. Chaque jour, nous les explorons dans trois domaines prioritaires : la lutte contre la déscolarisation, le soutien aux familles dans leur mission éducative et l’accompagnement des jeunes vers une insertion professionnelle et sociale », explique François Content, directeur général d’Apprentis d’Auteuil.
Apprentis d’Auteuil estime qu’il est temps que les hommes politiques s’emparent du sujet de la jeunesse en difficulté et qu’ils en fassent une priorité du prochain quinquennat. « Les jeunes ne peuvent plus être un objet de discours ou de débat : ils s’imposent comme sujet d’action », insiste François Content.
Pour Apprentis d’Auteuil, il est urgent de :
1. Réagir face au décrochage scolaire
Le constat d’urgence
· 150 000 jeunes par an sortent du système scolaire « sans diplôme » : ils n’ont obtenu aucun diplôme de second cycle de l’enseignement secondaire, c’est-à-dire ni CAP, ni BEP, ni baccalauréat.
· 40% des écoliers ne possèdent pas les acquis censés être maîtrisés à la fin de l’école primaire.
· 1 jeune sur 5 ne sait pas lire correctement.
Les propositions d’Apprentis d’Auteuil
· Rénover en profondeur le collège pour favoriser l’innovation pédagogique et la personnalisation des parcours afin d’en faire un véritable outil pour l’égalité des chances.
Aujourd’hui encore, le collège offre le plus souvent une pédagogie uniformisée et des parcours normalisés. Il ne permet pas aux élèves en grande difficulté, aux « décrocheurs », de combler les lacunes héritées du primaire pour maîtriser les apprentissages fondamentaux en fin de cycle.
· Investir dans l’internat, en contribuant de façon significative et durable à leur financement.
Eloignés pour un temps de leur environnement habituel, les jeunes en décrochage scolaire trouvent en internat le cadre structurant et l’accompagnement éducatif dont ils ont besoin pour réussir.
2. Réaffirmer le rôle éducatif des parents
Les propositions d’Apprentis d’Auteuil
· Soutenir les familles par une politique de prévention affirmée et financer le développement de « Maisons des familles »
Les « Maisons des familles », telles que les expérimente Apprentis d’Auteuil avec succès, sont des structures qui parient sur la capacité des familles à rechercher et à construire collectivement les solutions à leurs problèmes.
· Développer les modes d’accueil collectifs dédiés à la petite enfance dans les quartiers sensibles. Face au constat de la précarisation et de la fragilisation de certaines familles, Apprentis d’Auteuil appelle à faire preuve d’une volonté politique forte pour démultiplier les modes d’accueil collectifs dans les quartiers
sensibles.
3. Réinventer l’entrée dans la vie active
Le constat d’urgence
· 52 % des jeunes sans aucun diplôme de l’enseignement secondaire sont au chômage. C’est cinq fois plus que les diplômés de l’enseignement supérieur (9%).
· 1 jeune sur 5 âgé de 18 à 25 ans est pauvre.
Les propositions d’Apprentis d’Auteuil
· Créer un cadre spécifique pour les 16-25 ans, reconnaissant cette période comme une transition entre l’enfance et l’âge adulte
Les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire sans projet de formation, ni emploi, se retrouvent sans statut et hors de tout dispositif.
Sans appui familial pour certains, ils sont du jour au lendemain livrés à eux-mêmes. Eux aussi sont adultes en devenir : ils doivent pouvoir être aidés et soutenus pour accéder progressivement à l’autonomie.
Le cas des Mineurs étrangers isolés (MEI)
Apprentis d’Auteuil plaide en faveur d’un statut global pour les MEI, harmonisé à l’échelle européenne, offrant un cadre juridique spécifique, clair et adapté.
· Développer des dispositifs d’accès à l’alternance pour les jeunes de niveau CAP et privilégier des financements pluriannuels pour ces dispositifs
L’essor des formations en alternance profite davantage aux jeunes engagés dans des études supérieures qu’aux jeunes les moins diplômés. Pour y remédier, il est nécessaire d’accompagner ces derniers pour les
rendre éligibles et aptes à l’alternance, et prévenir ainsi les risques de rupture de contrat.
· Lancer un plan d’urgence pour le logement des moins de 25 ans
Il est nécessaire de créer une offre diversifiée de logements spécifiques pour les 16-25 ans, en particulier les plus fragilisés.

Contact presse : Direction Aquitaine
Isabelle Signiska Chargée de communication Tel 06 69 04 32 79


Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier