Accueil du site Lyon

Far West à Saint Exupéry

Publié le lundi 19 mars 2018, par communiqué de presse


Depuis quelques années, notamment depuis le début des années 2010, les acteurs économiques liés à l’aéroport St Exupéry de Lyon se mènent un guerre sans relâche et souvent injuste.

Rappel des faits, l’aéroport de Lyon

Historiquement, l’aéroport Satolas, devenu Saint Exupéry était desservi depuis le centre-ville par des lignes de bus spécialisées, les Satobus. Le tarif était peu couteux pour les usagers et plébiscité par les lyonnais et les touristes de passage.

Pour autant, le conseil général décida d’investir 121 millions d’euros pour lancer une ligne de tramway express. Excellente initiative si elle n’était pas assujetti au massacre des acteurs historiques, bref ! Dans le même temps, désireux de proposer des solutions alternatives et la plupart du temps moins couteuse, des transporteurs privés comme GoAiport, qui fût précurseur, lancent leurs propres navettes, généralement des minibus. Mal leur en pris, Rhonexpress décida de réduire en néant ces acteurs économiques par voie de justice.

Depuis c’est une bataille sans fin qui est mené à Lyon. La demande pour des services particuliers est forte et pour autant dès qu’un service apparait, il est de suite pris comme cible par Rhonexpress qui n’entend absolument pas partager le gâteau, quand bien même il n’était pas en mesure de le consommer en entier.

privatisation de l’aéroport

Depuis la privatisation de l’aéroport début 2017, la donne semble pouvoir, devoir changer. En effet le nouveau propriétaire entend bien développer l’activité et notamment le trafic de voyageurs via Saint Exupéry. Il semble donc indispensable de développer des projets permettant une telle évolution.

Mais à la table des discussions, personne n’est invité, si ce n’est les acteurs historiques.

Les parkings privés, qui pourtant fleurissent aux abord de l’aéroport, répondant à une forte demande, n’existent pas et sont même vivement critiqué. Pour le moment pas encore d’attaques juridiques mais les parkings privés remarque que les acteurs majeurs lyonnais opèrent de leur côté de la désinformation sur Internet (à vérifier mais pas si étonnant).

Les transporteurs privés qui investissent aussi lourdement en véhicules, en employés ... ne siègent pas non plus à la table de discussion. Alors oui les investissements consentis ne sont peut être pas à la hauteur des 121 millions d’euros, mais ça aussi, ne fallait t-il pas en parler un peu plus au préalable ?

A Lyon, c’est selon certain le Far West. Ici il est fondamental de faire parti d’un réseau, mais surtout du bon. Qui irait attaquer Jean Michel Aulas et son OL lorsqu’il se fait payer une extension de tramway pour rejoindre le stade, lorsqu’il bétonne des parkings, eux aussi à proximité de l’aéroport au final. Le plus moche dans tout ceci est tout de même la manière dont certains petits patron trinquent. Aucun soucis à les mettre en faillite, à les détruire. ici c’est Lyon !


Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier